Skip to content

L’histoire du chausson de danse (ou pointes)

Suite à mon article sur Repetto, j’ai eu envie de me replonger dans l’univers de la danse classique afin de vous présenter un indispensable de la ballerine.

Dans la panoplie de la danseuse, le signe visuel le plus distinctif est le chausson de pointes.
Les pointes sont des chaussons de danse en satin avec une semelle en cuir et une coque renforcée aux orteils et un assemblage de tissu en ruban cousus à la main qui s’attache à la cheville.  Les pointes font partis du répertoire de danse classique.
La technique a peu changée depuis les premières apparitions des pointes au pied de la danseuse étoile Marie Taglioni dans le ballet la Sylphide en 1832, deux cents ans après la création du ballet, fondé et soutenu par le roi Louis XIII aux alentours de 1600.
Marie-taglioni Marie Taglioni était considérée comme novatrice parmi les danseuses de l’époque car elle tenait sur les pointes des séquences entières avec un chausson sommaire uniquement renforcé par une piqûre à l’extrémité des orteils et sur les côtés du pied sans aucune armature en appui. A  partir de cette époque, les danseuses de ballet effectuent des envols sur pointes créant ainsi l’illusion d’apesanteur pour le plus grand plaisir du public venus les admirer juchées sur les pointes.

Les écoles de ballet et compagnies de danse d’aujourd’hui ainsi que les danseurs eux même bénéficient des dernières innovations techniques avec l’appui de la recherche de la NASA.
Les polyuréthanes et autres tissus de haute technologie ont permis aux techniciens de créer un chausson pratiquement indestructible, plus souple et confortable pour supporter le poids des heures et des heures de danse par jour.
Les coûts de remplacement des pointes sont réduits pour les danseuses, grâce aux nouveaux chaussons qui résistent à l’usure et durent trois fois plus que leur prédécesseurs. La période de préparation des pointes est également beaucoup moins longue que précédemment grâces aux avancées technologiques. Dans le domaine artistique, les nouvelles technologies mène toujours à de nouveaux avancées, la création des pointes est un phénomène parfait dans ce plan d’action puisque le ballet a certainement pris du temps à se rattraper mais en revanche, sa progression future, devrait se révéler captivante.

Les pointes représentent, comme symbole visuel, la capacité à dépasser les limites du corps humain en maintenant sa grâce quasi-angélique. De plus, elles évoquent autant une discipline extrême que le manifestement de la douleur. Leurs développement a été interminable et parfois immobilisé mais avec les nouvelles technologies, le ballet semble s’intégrer dans une nouvelle période d’innovation. Ce sont des nouvelles enthousiasmantes pour les amateurs de ballet et il est a espérer qu’avec ces innovations, de nouvelles vocations naissent.

Source: www.movedancewear.com/fr/

Un commentaire

  1. Johanna Johanna

    Très jolie article. C’est très bien écrit.
    Mes pointes font partie intégrante de mon corps quand je danse. Elles sont uniques !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :